Compétences en travail social pour l’éducation en soins palliatifs

L’Association canadienne de soins palliatifs (ACSP) a reconnu les travailleurs sociaux en tant que membres essentiels de l’équipe palliative interprofessionnelle dans tous les milieux de soins : les centres de soins palliatifs, les établissements de soins actifs et de longue durée, les centres de soins du cancer et les soins communautaires. Les travailleurs sociaux sont amenés à fournir des soins de fin de vie à des patients et leur famille dans ces différents milieux de soins, ainsi que dans de nombreuses situations qui ne sont pas liées à la santé. Les preuves qui appuient la participation des travailleurs sociaux aux soins de fin de vie sont principalement anecdotiques et sont fondées sur les expériences des clients et des professionnels eux-mêmes. Toutefois, une revue des recherches fondées sur des preuves qui ont été effectuées par Rizzo et Rowe indique que les interventions en travail social ont eu une incidence positive et significative sur la qualité de vie, les coûts des soins de santé et l’utilisation des services chez les personnes âgées et leurs aidants naturels.  Une étude complémentaire effectuée par Reese et Raymer a démontré que la participation accrue des travailleurs sociaux dans les soins palliatifs était largement associée à des coûts moins élevés en soins palliatifs, à l’amélioration du fonctionnement de l’équipe de soins, à la réduction des services médicaux, à la diminution du nombre de visites par les autres membres de l’équipe et à l’atténuation de la gravité du cas. La capacité des travailleurs sociaux de faire des évaluations psychosociales a amélioré de façon générale la planification et, en bout de compte, les soins.  D’autres articles examinent les avantages généraux de l’évaluation et de l’intervention précoces des travailleurs sociaux, ce qui pourrait aussi s’appliquer au domaine des soins de fin de vie. La planification et les interventions effectuées par des personnes compétentes et bien renseignées sur les besoins psychosociaux des patients et familles accroissent la coopération de la famille et la satisfaction des patients, réduisent les activités de gestion de crise et réduisent aussi la nécessité de faire appel à d’autres disciplines.

Bien que ce projet vise les programmes d’études généraux en travail social, les compétences sur lesquelles le projet est fondé sont dérivées de la pratique des travailleurs sociaux en soins palliatifs. On pourrait présumer que le résultat de cette éducation servira à faire avancer la pratique de tous les travailleurs sociaux dans le domaine des soins de fin de vie. L’occasion qu’ont les travailleurs sociaux de mieux comprendre les soins psychosociaux à la fin de la vie, ainsi que leur rôle et leur pratique dans ce domaine, leur permettra d’exprimer clairement leur contribution et leur expertise aux clients, aux familles, à leurs collègues et aux responsables des politiques.

Malgré la prévalence des interactions des travailleurs sociaux avec les personnes et familles aux prises avec la fin de la vie, l’éducation actuelle des travailleurs sociaux dans le domaine des soins palliatifs est inégale et limitée. C’est le cas dans les écoles de travail social des universités canadiennes, dans les programmes des collèges régionaux, ainsi que dans les programmes de formation continue en travail social.

Selon le travail effectué jusqu’à présent sur le projet d’élaboration des compétences, les praticiens et les enseignants rapportent qu’il existe des lacunes dans les programmes d’études actuels en travail social. Les praticiens ont indiqué qu’ils ont acquis des connaissances sur les questions liées à la fin de la vie par l’expérience, et qu’ils se sentaient souvent mal préparés à aborder et régler ces questions. Les enseignants ont indiqué qu’il fallait créer des ressources qui pourraient s’intégrer dans le cadre des cours existants. Les instructeurs pratiques ont indiqué que les étudiants ont exprimé leur frustration à l’égard du manque de préparation dans les programmes de premier cycle quant aux questions liées au chagrin, au deuil, au processus de la mort, au décès et aux familles.

Pour combler cette lacune, en 2005, le Secrétariat des soins palliatifs de Santé Canada a financé un groupe de travail, l’équipe SCOPE (Compétences en travail social pour l’éducation en soins palliatifs), pour mener une recherche nationale visant à établir des compétences fondamentales en travail social, en vue d’orienter l’éducation pour la pratique auprès de personnes confrontées à la fin de la vie. L’équipe SCOPE était dirigée par Wendy Wainwright du Victoria Hospice et Dre Susan Cadell, qui travaillait à l’époque pour l’Université de la Colombie-Britannique, et composée de neuf enseignants et praticiens en travail social. Dans cette première phase, le document Modèle de guide des soins palliatifs : fondé sur les principes et les normes de pratique nationaux (2002) de l’Association canadienne des soins palliatifs a été utilisé comme base pour l’élaboration de 11 compétences essentielles à la pratique du travail social en soins palliatifs. L’équipe a cherché à atteindre un consensus sur ces compétences en utilisant une méthode Delphi modifiée, des groupes de discussion et des sondages. Chaque compétence comprend la description des valeurs, des connaissances et des habiletés qui y sont rattachées. Les 11 compétences fondamentales élaborées dans le cadre de ce projet de recherche sont les suivantes : la défense des intérêts; l’évaluation psychosociale; la prestation des soins; la planification des soins; le renforcement des capacités de la communauté; la prise de décisions; l’évaluation des interventions; l’éducation et la recherche; l’échange d’information; l’équipe interdisciplinaire et la pratique autoréflective (annexe 4).

En 2008, le Partenariat canadien contre le cancer a financé la deuxième phase de ce projet. Cette phase s’est déroulée à l’Université Lakehead sous la direction de Dre Mary Lou Kelley et des membres de l’équipe SCOPE. Elle s’est appuyée sur la première phase du projet et a poursuivi l’élaboration des compétences en travail social en entreprenant un processus de consultation national afin de valider ces compétences et de créer un plan stratégique pour leur mise en œuvre dans les milieux d’enseignement et de pratique.

Ce processus de consultation s’est effectué auprès de quatre groupes dans les objectifs suivants : 1) les travailleurs sociaux de tout le Canada – pour valider les compétences dans toutes les provinces et territoires ainsi que dans tous les milieux, et afin de déterminer des stratégies de mise en œuvre dans le milieu de travail; 2) les patients en oncologie aux prises avec la fin de la vie ainsi que leur famille – pour valider ces compétences en fonction de l’expérience vécue; 3) les enseignants en travail social – pour diffuser les compétences et déterminer des stratégies de mise en œuvre efficaces dans les programmes d’études des écoles de travail social; et 4) les associations professionnelles de travailleurs sociaux et les autres entités responsables de la formation continue des travailleurs sociaux – pour mener une consultation sur les stratégies efficaces qui permettront de s’assurer que l’éducation fondée sur les compétences est accessible par l’entremise de leurs programmes. Les consultations ont été menées sous forme d’ateliers nationaux, d’entrevues téléphoniques et en face-à-face, ainsi qu’au moyen de sondages en ligne.

Le projet a été terminé en juin 2009. Les consultations ont permis de largement valider les compétences d’origine et de clarifier leur objectif, ce qui a résulté en l’élaboration préliminaire d’un plan stratégique avec les écoles de travail social au sujet de leur mise en œuvre dans les programmes d’études officiels. Le processus de consultation a permis de faire participer les enseignants en travail social et les associations professionnelles à la planification d’un processus de mise en œuvre, ainsi que de commencer à jeter les assises du développement de partenariats au sein du système entre les praticiens, les enseignants et les associations professionnelles. Plus particulièrement, cela a permis d’établir un partenariat avec l’Association canadienne pour la formation en travail social (ACFTS) afin d’influencer l’utilisation des compétences dans l’élaboration des programmes d’études à tous les niveaux de l’éducation en travail social, et la formation a été perçue comme une prochaine étape positive. Les enseignants et les praticiens de tout le pays ont tiré une conclusion claire : bien que le travail social en soins palliatifs soit un domaine de spécialité restreint au sein de la profession, tous les  travailleurs sociaux ont besoin et bénéficieraient d’une éducation sur les questions, les approches et les interventions liées aux soins de fin de vie.

La troisième phase du projet, Mise en œuvre des compétences canadiennes en travail social pour l’éducation en soins palliatifs dans les programmes d’études professionnels, consistait en l’élaboration et l’évaluation du modèle de programme d’études fondé sur les compétences qui pourrait être utilisé dans les écoles de travail social au niveau du premier cycle, des cycles supérieurs et de la formation continue.

Maintenant terminé, ce projet en trois phases a permis de faire avancer l’éducation et la formation pour les travailleurs sociaux qui s’occupent de Canadiens aux prises avec une maladie évolutive limitant l’espérance de vie, avec la mort et avec le deuil. En bout de compte, ce travail renforcera les capacités et soutiendra le changement du système en augmentant le nombre de travailleurs sociaux ayant reçu une formation spécialisée pour fournir des soins palliatifs et des soins de fin de vie psychosociaux.

L’équipe nationale est maintenant prête à lancer ses nouveaux modules d’apprentissage – qui seront disponibles le 1er avril 2011. Cette unité comporte une série de cinq modules d’enseignement qui sont axés spécifiquement sur les soins palliatifs et peuvent être utilisés dans l’enseignement des compétences en travail social pour la pratique en soins de fin de vie. L’unité a été élaborée en sachant que tous les travailleurs sociaux, dans l’exercice de leurs fonctions, interviennent un jour ou l’autre auprès de personnes aux prises avec une maladie limitant l’espérance de vie, avec la mort ou avec le deuil.

Les renseignements et les outils visent à améliorer les connaissances, les compétences et la pratique qui sont fondamentales aux soins palliatifs. Les modules peuvent être utilisés ensemble en tant qu’unité, ou chaque module peut être autonome et s’utiliser de façon individuelle. Cette unité d’enseignement a pour objectif de mettre à disposition du contenu et du matériel sur les soins de fin de vie qui sont fondés sur des compétences pour les programmes d’études en travail social au Canada, sans être obligé de rajouter de nouveaux cours aux programmes d’études existants.

Les cinq modules de l’unité sont les suivants :

Module 1 : Notions fondamentales de travail social en soins de fin de vie
Module 2 : Communication
Module 3 : Planification et prestation des soins
Module 4 : Défense des intérêts
Module 5 : Évaluation et pratique autoréflective

Les modules seront disponibles sur le Marché de l’ACSP. [link to 6.a. marche]

[1] Rizzo, V. et Rowe J., « Studies of the Cost-Effectiveness of Social Work Services in Again: A Review of the Literature », Research on Social Work Practice, Vol. 16, No 1, janvier 2006, pp. 67-73.

[1] Reese, D. et Raymer, M., « Relationships between Social Work Involvement and Hospice Outcomes: Results of the National Hospice Social Work Survey », Social Work, Vol. 49, No 3, juillet 2004, pp. 415-422.

[1] Sienkiewicz, J., « How Using Social Can Save Money Under PPS », Home Healthcare Nurse, Vol. 19, No 7, juillet 2001.

[1] Thompson, M.; Rose, C.; Wainwright, W.; Mattar, L.; et Scanlan, M., « Activities of Counsellors in a Hospice/Palliative Care Environment », Journal of Palliative Care, 17:4, 2001, pp. 229-235.