Avis de politique de L'ACSP: l'euthanasie et suicide assisté


le 9 juillet, 2012
De temps à autre, l'Association canadienne de soins palliatifs (ACSP) publie des avis de politique pour ses membres. Dernièrement, beaucoup de choses se sont passées relativement à l'euthanasie et au suicide assisté; nous avons donc cru que le temps était venu d'émettre un avis de politique.

L'ACSP a formé un groupe de travail sur l'euthanasie et le suicide assisté qui surveille activement cette question. Ces derniers temps auront été marqués par de nombreux débats entourant le suicide médicalement assisté ou l'euthanasie. En juin 2012, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a déclaré que le suicide n'était pas illégal. Toutefois, les personnes aux prises avec une déficience physique qui sont incapables de se suicider sans une aide ne peuvent envisager cette option. Cette dichotomie a été jugée inconstitutionnelle par la juge Lynn Smith, qui s'est prononcée en faveur du droit au suicide assisté. La magistrate Smith a accordé à Gloria Taylor une exemption d'un an à l'interdiction existante, lui permettant de prendre sa propre décision à propos de sa vie et de sa mort. La juge a également suspendu son jugement pour une période d'un an, afin de permettre à la législation actuelle d'être modifiée. Il est possible que le cas de Gloria Taylor soit porté en appel. De plus, tout changement à ces lois doit être approuvé par le Parlement. On s'attend à ce qu'un appel soit entendu et que la cause soit portée directement devant la Cour suprême du Canada; aucun changement ne devrait donc être apporté rapidement. 

En mars 2012, la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité a publié son rapport intitulé Mourir dans la dignité. La Commission a fait 24 recommandations au ministre de la Santé et des Services sociaux sur les améliorations qui devraient être apportées aux soins en fin de vie au Québec. Le rapport de la Commission est un solide premier pas vers la mise en œuvre d’une approche normalisée des soins de santé palliatifs au Québec afin que tous les patients puissent bénéficier de la meilleure qualité de vie et de la meilleure qualité de mort; toutefois, plusieurs recommandations préconisent la légalisation du suicide médicalement assisté au Québec. Pour lire le rapport complet, cliquez ici.

Dans ce contexte, l'Association canadienne de soins palliatifs et le groupe de travail sur l'euthanasie et le suicide assisté lanceront de nouveau une campagne plus vaste sur la nécessité d'offrir des soins palliatifs au Canada. En 2010, nous avons lancé la campagne Parlons plutôt des soins palliatifs, qui encourageait les professionnels des soins palliatifs à réorienter le débat sur l'euthanasie et le suicide assisté sur les besoins en matière de soins palliatifs. Nous espérons qu'une distinction soit faite entre les deux questions dans l'esprit des Canadiens. À l'automne 2012, nous reprendrons une campagne similaire afin que le dialogue public des derniers temps porte davantage sur les soins palliatifs de qualité et la vie jusqu'à la fin plutôt que sur l'euthanasie et les aspects plus négatifs de la mort.

Demeurez à l'affût, cette initiative s'annonce très intéressante!

Passez un bon été!

Sharon Baxter
Directrice générale
L'Association canadienne de soins palliatifs