Le Projet « Couvertures de vie »

Vivons bien. Mourrons bien.

Malgré les impressionnants progrès réalisés dans le domaine de la médecine, 100 % des Canadiens mourront. En fait, plus de 259 000 Canadiens meurent chaque année, dont la plupart à un âge avancé. De ce nombre, seule une petite proportion reçoit présentement des soins palliatifs et de fin de vie de grande qualité. Étant donné le vieillissement de la population, le nombre de Canadiens qui décéderont chaque année devrait augmenter de 40 % et atteindre les 330 000 d’ici 2026, et plus de 425 000 en 2036

Chacun de ces décès affecte directement le bien-être de cinq personnes en moyenne — famille et proches —, soit plus de 1,25 million de Canadiens cette année seulement, et plus de 2 millions d’ici 2036.

Les besoins deviennent très urgents, mais notre capacité d’agir demeure limitée.

À Propos du Projet

Le projet « Couvertures de vie » mise sur une collaboration avec des Canadiens et Canadiennes de premier plan ainsi qu’avec des chefs de file issus de la collectivité, d’entreprises ou du gouvernement, tous ayant accepté de promouvoir une perception différente de la fin de vie et de la mort.

En effet, dans le but de remettre en question les attitudes et perceptions publiques à l’égard de la mort et du cheminement vers le décès, l’Association canadienne de soins palliatifs (ACSP) a fait appel à l’honorable Sharon Carstairs (sénatrice à la retraite), Paul Lucas, Sheila McCarthy, Gordon Pinsent, Kevin Tierney et le révérend Brent Hawkes.

Ces figures de proue ont ainsi travaillé en collaboration avec la Toronto School of Art, laquelle a recruté des artistes canadiens et étudiants en art pour la conception d’œuvres uniques se voulant la représentation de la vie de chacune de ces personnalités sous forme de « couvertures de vie » personnalisées, lesquelles deviennent un symbole d’affirmation de la vie aucunement associé au chagrin, à la mort ou à la peur.